Articles avec #textes partages catégorie

Une leçon de vie de Mandela

Publié le 5 Décembre 2013 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Un texte déjà publié ici en janvier 2011, à partager à nouveau.

 

Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur.

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.

C'est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : 'Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?"

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l'être ?

Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre, vivre petit ne rend pas service au monde.

L'illumination n'est pas de vous rétrécir pour éviter d'insécuriser les autres.

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.

Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus : elle est en chacun de nous, et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière,  nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.

 

Extrait du discours prononcé par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence de la République de l'Afrique du Sud en 1994

Lire la suite

Paroles de Gandhi

Publié le 30 Mars 2013 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Si tu veux la paix dans le monde,
il faut la paix dans ton pays.

Si tu veux la paix dans ton pays,
Il faut la paix dans ta région.

Si tu veux la paix dans ta région,
il faut la paix dans ta ville.

Si tu veux la paix dans ta ville,
il faut la paix dans ta rue.

Si tu veux la paix dans ta rue,
il faut la paix dans ta maison.
 

Si tu veux la paix dans ta maison,
il faut la paix dans ton coeur.

Lire la suite

Noël bientôt

Publié le 2 Décembre 2012 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Si tu ne penses d'abord qu'à lorgner les vitrines pour savoir ce que tu vas acheter pour tes gosses,

Noël, c'est râpé !

 

Si tu succombes au désir de tes mômes qui veulent une voiture de police, une mitraillette en plastique et la panoplie complète du para,

Noël, c'est râpé !

 

Si tu as déjà acheté le petit Jésus en sucre et ses parents en chocolat... sans oublier un seul des bestiaux en caramel de la crèche,

Noël, c'est râpé !

 

Si, avant toute chose, champagne, gâteaux, repas hors de l'ordinaire sont déjà programmés,

Noël, c'est râpé !

 

Si tu commences à dresser la liste des gens à inviter en prenant soin d'exclure les chiants, les emmerdeurs, ceux et celles qui vont trouver la fête tranquille,

Noël, c'est râpé !

 

Si tu ne prends pas le temps de méditer, durant cet Avent, le merveilleux mystère de la nuit de Noël, la pauvreté de l'Enfant-Jésus, le dénuement absolu des immigrés que sont ses parents,

Noël, c'est râpé !

 

 

 

Mais si tu lorgnes déjà le jeune couple de chômeurs de ton immeuble qui, sans toi,  "fêterait" cette nuit-là dans un peu plus de détresse et des solitudes,

Alors, Noël, c'est gagné !

 

Si tu n'attends pas pour dire à l'ancienne qui vit seule, un mois à l'avance, qu'elle sera ton invitée, pour qu'elle savoure d'avance durant un mois ces quelques heures où elle sera reine,

alors, Noël, c'est gagné !

 

Si tu prends la peind de réfléchir à ce mystère d'amour et de pauvreté qui, au cours des âges, a été défloré, foulé aux pieds et travesti en fête égoïste, faite de beuveries et de gueuletons,

alors, Noël, c'est gagné !

 

Si tu continues, dans l'année qui vient, a vivre ce mystère en pensant que le partage, c'est pas seulement l'affaire d'une nuit, alors Noël illuminera toute ton année !

 

Guy Gilbert

Lire la suite

L'accueil

Publié le 6 Mai 2012 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Accueillir l'autre, tout l'autre, tous les autres.

Accueillir le semblable et le différent.

Accueillir le semblable parait plus facile,

Mais est-ce tellement enrichissant ?

Il pense comme moi et agit comme moi.

Il répète ce que je dis et jamais ne me contredit.

 

Accueillir le différent est plus difficile

Mais combien plus intéressant.

Comprendre ce qu'il dit, apprécier ce qu'il fait

Avant de débattre, de l'interpeller pour son bien.

 

Accueillir l'enfant qui dérange

Ou le vieillard radotant.

Celui dont les manies m'énervent,

Celle qui bougonne tout le temps.

 

Se faire proche de l'étranger,

S'enrichir de ce qu'il a d'étrange.

Aller vers celui qui souffre de solitude.

Perdre du temps, rien que pour être présent.

 

Accueillir chacun tel qu'il est,

    Avec ses racines, son histoire, sa culture,

        Ses qualités et ses défauts aussi.

        Faire avec lui un bout de chemin

            Pour être accueillant ensemble... pour les autres !varia.jpg

 

Bernard Hubler

 

Une prière tirée de son livret "Variances, Prières et Méditations" Editions du Signe, découvert suite à un échange de courriels via ce blog, avec lui.

Voir aussi "Prière de Pentecôte" dans la même rubrique.

Un grand merci au père Bernard Hubler. Internet nous donne parfois de belles occasions de rencontres inattendues !

Lire la suite

Une explication originale... en Version Originale ;))

Publié le 29 Avril 2012 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

A sick man turned to his doctor as he was preparing to leave the examination room and said, 'Doctor, I am afraid to die. Tell me what lies on the other side..'

Very quietly, the doctor said, 'I don't know..'
 
 'You don't know? You're a Christian man, & don't know what's on the other side?'

The doctor was holding the handle of the door ;
On the other side came a sound of scratching and whining,

And as he opened the door, a dog sprang into the room, and leaped on him with an eager show of gladness.

Turning to the patient, the doctor said : 'Did you notice my dog ?

He's never been in this room before. He didn't know what was inside...

He knew nothing except that his master was here,

And when the door opened, he sprang in without fear.

        

I know little of what is on the other side of death,
But I do know one thing...

I know my Master is there and that is enough.'
Lire la suite

Message pour la journée mondiale de la paix,1er janvier 2012

Publié le 31 Décembre 2011 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Le premier janvier, les papes successifs ont eu pour tradition d'envoyer un message pour la CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX. Cette année, il a pour thème :
ÉDUQUER LES JEUNES À LA JUSTICE ET À LA PAIX
 
Benoit XVI se dit "convaincu qu’ils peuvent par leur enthousiasme et leur ardeur en vue d’un idéal, offrir une nouvelle espérance au monde."
       
Extraits :

Il s’agit de communiquer aux jeunes une appréciation de la valeur positive de la vie, en suscitant en eux le désir de la dédier au service du Bien. C’est là une tâche qui nous engage tous personnellement.

Les préoccupations exprimées par de nombreux jeunes ces derniers temps, dans différentes régions du monde, manifestent le désir de pouvoir regarder l’avenir avec une espérance fondée.

Actuellement, les aspects qu’ils vivent avec appréhension sont nombreux : le désir de recevoir une formation qui les prépare de manière plus profonde à affronter la réalité, la difficulté de former une famille et de trouver un emploi stable, la capacité effective de participer au monde de la politique, de la culture et de l’économie pour construire une société ayant un visage plus humain et solidaire.

Il est important que ces ferments, et l’élan vers un idéal qu’ils contiennent, trouvent l’attention qui leur est due de la part de tous les membres de la société. L’Église regarde les jeunes avec espérance ; elle a confiance en eux et elle les encourage à rechercher la vérité, à défendre le bien commun, à avoir des perspectives ouvertes sur le monde et des yeux capables de voir des « choses nouvelles » (Is 42, 9; 48, 6) !

...

 

Plus que jamais sont nécessaires pour cela d’authentiques témoins et non pas de simples dispensateurs de règles et d’informations ; des témoins qui sachent voir plus loin que les autres, parce que leur vie embrasse des espaces plus vastes. Le témoin est celui qui vit en premier le chemin qu’il propose.

...

 

C’est dans la famille qu’on apprend la solidarité entre les générations, le respect des règles, le pardon et l’accueil de l’autre . Elle est la première école où on est éduqué à la justice et à la paix.

...

 

Aux parents, je désire dire de ne pas perdre courage ! Par l’exemple de leur vie, qu’ils exhortent leurs enfants à placer leur espérance avant tout en Dieu, de là seulement surgissent justice et paix authentiques.

...

 

Les jeunes aussi doivent avoir le courage de vivre en premier eux-mêmes ce qu’ils demandent à ceux qui les entourent. C’est une grande responsabilité qui les concerne : qu’ils aient la force de faire un usage bon et conscient de leur liberté. Ils sont eux aussi responsables de leur propre éducation et de votre formation à la justice et à la paix !

...

 

La paix pour tous naît de la justice de chacun. Personne ne peut éluder cette tâche essentielle de promouvoir la justice, selon ses propres compétences et ses responsabilités. J’invite particulièrement les jeunes, qui maintiennent toujours vive la tension vers des idéaux, à avoir de la patience et de la ténacité dans la recherche de la justice et de la paix, dans l’éducation du goût pour ce qui est juste et vrai, même si cela peut comporter des sacrifices et aller à contre-courant.

...

 

Chers jeunes, vous êtes un don précieux pour la société. Face aux difficultés, ne vous laissez pas prendre par le découragement et ne vous complaisez pas dans de fausses solutions, qui, souvent, se présentent comme la voie la plus facile pour résoudre les problèmes. N’ayez pas peur de vous engager, d’affronter l’effort et le sacrifice, de choisir des chemins qui exigent la fidélité et la constance, l’humilité et le dévouement. Vivez avec confiance votre jeunesse et les désirs profonds de bonheur, de vérité, de beauté et d’amour vrai que vous éprouvez! Vivez intensément cette phase de la vie si riche et pleine d’enthousiasme.

 

Prenez conscience d’être vous-mêmes des exemples stimulants pour les adultes. Plus vous vous efforcez de vaincre les injustices et la corruption, plus vous désirerez un avenir meilleur et vous vous engagerez à le construire, alors vous le serez vraiment. Ayez conscience de vos potentialités et ne vous repliez jamais sur vous-mêmes, mais sachez travailler pour un avenir plus lumineux pour tous. Vous n’êtes jamais seuls. L’Église a confiance en vous, elle vous suit, elle vous encourage et désire vous offrir ce qu’elle a de plus précieux : la possibilité de lever les yeux vers Dieu, de rencontrer Jésus Christ, Celui qui est la justice et la paix.   

 

 

Texte intégral

Lire la suite

Notre Père

Publié le 15 Mai 2011 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Ce matin, un exposé lors de la matinée spirituelle nous a invités à relire la prière du Notre Père... Voici la version de la TOB (Traduction Oecuménique de la Bible) dans l'une de ses dernières versions :

 

Matthieu Chapitre 6

 

Notre Père qui es aux cieux,

fais connaître à tous qui tu es,

fais venir ton règne,

fais se réaliser ta volonté

sur la terre à l'image du ciel.

Donne-nous aujourd'hui le pain

dont nous avons besoin,

pardonne-nous nos torts envers toi,

comme nous-mêmes nous avons pardonné

à ceux qui avaient des tords envers nous,

et ne nous conduits pas dans la tentation,

mais délivre-nous du Tentateur.

 

 

Luc Chapitre 11

 

Père,

fais connaitre à tous qui tu es,

fais venir ton règne,

donne-nous le pain

dont nous avons besoin

pour chaque jour,

pardonne-nous nos péchés,

car nous-mêmes

nous pardonnons à tous ceux

qui ont des torts envers nous.

Et ne nous conduis pas

dans la tentation.

 

Lire la suite

Le droit de parler

Publié le 21 Novembre 2010 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Texte publié à l'occasion de la journée nationale du Secours Catholique

 

Je te donne volontiers le droit de parler des droits de l’homme ….

Si tu passes ta vie à accueillir les pauvres,

A aimer les riches, à respecter tout homme.

 

Je te donne volontiers le droit de parler de la non-violence après qu’on t’aura frappé, injurié, incendié, calomnié …

Quand tu auras sur toi, dans ta chair, les cicatrices de la violence.

 

Mais je sais que ceux qui ont vécu tout cela en complicité avec toi, Seigneur, ont un cœur transformé qui leur permet de ne pas accuser, de ne pas mépriser, de ne pas condamner …

 

 

Je te laisse volontiers le droit de faire parler les injuriés, les avortées, les affamés .. ;

 

De leur bouche, tu apprendras

 

à pleurer plutôt qu’à condamner,

 

à aimer plutôt qu’à juger,

 

à sourire plutôt qu’à grimacer,

 

à bénir plutôt qu’à maudire.

 

 

Père André Marie 

Lire la suite

Credo de Dom Helder Camara

Publié le 17 Novembre 2010 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Je crois en Dieu
qui est le Père de tous les hommes
et qui leur a confié la terre.

Je crois en Jésus-Christ
qui est venu pour nous encourager et pour nous guérir,
pour nous délivrer des puissances
et pour nous annoncer la paix de Dieu avec l'humanité.
Il s'est livré pour le monde.
Il est au milieu de nous le Seigneur vivant.

Je crois en l'Esprit de Dieu
qui travaille en tout homme de bonne volonté.

Je crois en l'Eglise,
donnée comme signe pour toutes les nations,
armée de la force de l'Esprit
et envoyée pour servir les hommes.

Je crois que Dieu, à la fin,
brisera la puissance du péché en nous
et en tout être humain.

Je crois que l'homme vivra
de la vie de Dieu pour toujours.

Je ne crois pas au droit du plus fort,
au langage des armes, à la puissance des puissants.

Je ne veux croire qu'aux droits de l'homme,
à la main ouverte, à la puissance des non-violents.

Je ne crois pas à la race ou à la richesse,
aux privilèges, à l'ordre établi.

Je veux croire que tous les hommes sont des hommes
et que l'ordre de la force et de l'injustice est un désordre.

Je ne croirai pas que je n'ai pas à m'occuper
de ce qui arrive loin d'ici.

Je veux croire que le monde entier est ma maison
et que tous moissonnent ce que tous ont semé.

Je ne croirai pas que je puisse là-bas
combattre l'oppression si je tolère ici l'injustice.

Je veux croire que le droit est un, ici et là,
et que je ne suis pas libre tant qu'un seul homme est esclave.

Je ne croirai pas que la guerre et la faim
soient inévitables et la paix inaccessible.

Je veux croire à l'action modeste et aux mains nues.

Je ne croirai pas que toute peine est veine.

Je ne croirai pas que le rêve de l'homme
restera un rêve et que la mort sera la fin.

Mais j'ose croire, toujours et malgré tout,
à l'homme nouveau.

J'ose croire au rêve de Dieu lui-même :
un ciel nouveau et une terre nouvelle où la justice habitera

Lire la suite

A la suite des hirondelles...

Publié le 2 Juin 2010 par p@roisse s@int M@ry dans Textes partagés

Notre histoire se déroule en plein été, dans une église.
Quelques hirondelles y sont entrées. Mais qu’y font-elles donc ?
Une seule réponse possible : elles cherchent la sortie, la voie vers la liberté !
Sous les voûtes de l’église gothique, les hirondelles évoluent avec grâce mais sans pouvoir trouver la porte restée pourtant ouverte.
Elles veulent retrouver la liberté, l’air libre, le soleil ! Hélas les grands vitraux colorés et lumineux les induisent en erreur. Attirées par la lumière, les hirondelles se heurtent aux vitres et s’épuisent.
«Comment pourrions-nous les aider ?», me demande une dame.
«On devrait se faire oiseau !»
«Se faire oiseau ? Comment cela ? Pourquoi cela ?»
«Parce qu’ainsi nous pourrions voler jusqu’à elles et leur expliquer comment elles doivent voler pour sortir par la porte qui est restée ouverte mais qu’elles ne voient pas.»
Et c’est bien ainsi que Dieu a agi en décidant de se faire homme !
«Je dois me faire homme parmi les hommes  pour les rejoindre et leur indiquer le chemin, leur dire de ne pas se laisser avoir par de fausses lumières, par ce qui brille et ce qui les détourne et les éloigne du vrai chemin !»
Et c’est ainsi que Jésus annonça aux hommes :
 «Je suis La Lumière !  Je suis la porte, le chemin qui mène à la liberté !»    

 

Père Georg Pauser de Wien

Lire la suite

Afficher plus d'articles