CCFD -Terre solidaire : coup de projecteur sur le Brésil

Publié le 15 Mars 2013 par p@roisse s@int M@ry in Agir

 

Depuis sa création, en 1961, le C.C.F.D. - Terre Solidaire est chargé d’animer la collecte de Carême à la demande des évêques de France. Ce comité soutient, grâce à nos dons, le développement des pays dont les habitants mettent en place des projets pour améliorer leurs conditions de vie et accéder aux droits fondamentaux tels l'identité ou la terre. Cette année dans le Cantal, c'est un partenaire Brésilien, Cosme Capistano Da Silva, qui a été accueilli pour nous parler du problème de la déforestation dans son pays.

 

A Massiac, nous l'avons rencontré lundi 11, lors du bol de riz organisé par la paroisse dans les locaux de l'école CCFD.jpgSt André.

 

Cosme était invité à témoigner de son travail au Brésil dans l'état de l'Acre et plus particulièrement dans la zone de la Bocca do Acre, à la frontière avec la Bolivie. Ses actions se situent dans le cadre de la Commission Pastorale de la Terre pour soutenir les petits paysans dans leurs démarches d'accès à la terre. En effet de nombreuses terres publiques du bassin amazonien sont convoitées par des grands propriétaires ou des multinationales, qui tentent de chasser les petits cultivateurs avec la complicité des autorités. Leurs buts : exploiter et vendre le bois principalement en Europe, sous fausse appellation écologique. 

En plus de l'appropriation illégale des terres (avec faux-vrais papiers vieillis), l'exploitation provoque des difficultés d'accès à l'eau pour les habitants : pour faciliter le transports du bois coupé, les exploitants n'hésitent pas à couper les rivières par la construction de routes d'accès. L'eau devient alors couleur de la terre et stagne.

 

On comprend alors que la Commission Pastorale de la Terre, qui lutte contre tout cela, dérange... Pour preuve, elle a été victime d'un saccage de locaux, et Cosme a reçu des menaces de mort. Mais cet homme, qui s'est exprimé en portugais durant son intervention, est tenace. Il nous dit "L'espérance, c'est toujours la dernière qui meurt."

 

CCFD-2.jpgMerci à lui et aux bénévoles du CCFD de nous avoir permis cette rencontre. Nous étions moins nombreux que l'an dernier, et l'on peut le regretter, mais cela ne nous a pas empêché de partager, en plus des paroles, notre bol de riz équitable et notre pomme !

 

Il est possible de postcaster une interview de 25 minutes des trois partenaires accueillis pour la région Auvergne, datée du dimanche 17 mars, sur le site de RCF local.

 

Commenter cet article